S'impliquer

Pérou

Fin des poursuites engagées contre la militante Máxima Acuña

La décision de la Cour suprême du Pérou marquant la fin du procès intenté pour occupation illégale de terre contre la défenseure des droits humains Máxima Acuña Atalaya est une décision historique pour les défenseurs de l'environnement dans le pays, a déclaré Amnistie internationale le 3 mai 2017.

Après près de cinq ans de procédures liées aux accusations pénales infondées d'occupation illégale de terre, la Cour suprême a statué qu'aucune raison ne justifiait de poursuivre le procès sans fondement de Máxima Acuña Atalaya pour ce motif.

« Il est fondamental que les autorités prennent des mesures efficaces afin de faire barrage à l'utilisation abusive de la justice pénale pour intimider et harceler les défenseurs des droits humains », a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques à Amnistie internationale.

Le 14 février de cette année, une délégation d'Amnistie internationale a rendu visite à Máxima Acuña et à sa famille pour leur remettre plus de 150 000 messages de soutien et de solidarité venant du monde entier dans le cadre du marathon d'écriture, demandant au gouvernement péruvien de la protéger contre toute attaque ou tout acte de harcèlement ou d'intimidation. Ce même jour, elle a reçu la visite de la ministre de la Justice et des Droits humains venue vérifier la mise en œuvre des mesures de protection accordées à Máxima Acuña par la Cour interaméricaine des droits de l'homme.

Entre 2011 et 2014, Máxima Acuña Atalaya a signalé plusieurs actes de harcèlement, attaques et tentatives d'expulsion imputables à la police nationale péruvienne.

Lire le communiqué.

Mis à jour le jeudi, 4 mai 2017