S'informer
Communiqué 
international
International

Amnistie internationale : nouvelle campagne mondiale contre la torture

  •      Au cours des cinq dernières années, Amnistie internationale a signalé des cas de torture et d'autres mauvais traitements dans 141 pays.
  •     Une nouvelle enquête mondiale, menée auprès de 21 000 personnes vivant dans 21 pays disséminés sur tous les continents, indique que dans tous ces pays des gens craignent d'être torturés.
  •     Près de la moitié des participants à l'enquête redoutent d'être torturés s'ils venaient à être placés en garde à vue.
  •     Plus de 80 % des personnes interrogées veulent des lois solides pour être protégées de la torture
  •     Plus d'un tiers pensent que la torture peut être justifiée.

Amnistie internationale accuse des gouvernements du monde entier de ne pas tenir leurs engagements en ce qui concerne l'élimination de la torture, 30 ans après l'adoption de la Convention contre la torture par les Nations unies en 1984.

« Dans le monde entier des gouvernements font preuve d'hypocrisie face à la torture. Ils l'interdisent à travers la législation mais l'encouragent dans la pratique », a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d'Amnistie internationale, lors du lancement de Stop Torture, la nouvelle campagne mondiale d'Amnistie internationale visant à lutter contre la torture et les autres mauvais traitements dans le monde d'aujourd'hui.

« La torture est non seulement toujours pratiquée, mais elle est même prospère dans de nombreux pays à travers le monde. De plus en plus de gouvernements tentent de justifier le recours à cette pratique au nom de la sécurité nationale, affaiblissant les progrès constants réalisés dans ce domaine depuis 30 ans. »

Depuis 1984, 155 États ont ratifié la Convention des Nations unies contre la torture, dont 142 font l'objet de recherches menées par Amnistie internationale. L'organisation a constaté que 79 d'entre eux, soit plus de la moitié des États parties qu'elle étudie, pratiquaient encore la torture en 2014. Trente-deux autres membres des Nations unies n'ont pas adopté la Convention, bien que l'interdiction mondiale de la torture s'applique également à eux.

Ces cinq dernières années, Amnistie internationale a signalé des cas de torture et d'autres formes de mauvais traitements dans au moins 141 pays de toutes les régions du monde, c'est-à-dire dans pratiquement tous les pays sur lesquels travaille l'organisation. La torture étant par nature entourée du plus grand secret, le nombre de pays qui la pratique est probablement encore plus élevé.

Dans certains de ces pays, la torture est utilisée quotidiennement et de manière systématique. Dans d'autres, Amnistie internationale n'a relevé que des cas isolés et exceptionnels. Pour l'organisation, le moindre cas de torture est absolument inacceptable.

La campagne Stop Torture s'ouvre avec une synthèse destinée aux médias, intitulée La torture en 2014 : 30 ans d'engagements non tenus, qui fournit un aperçu du recours à cette pratique dans le monde à l'heure actuelle.

Cette synthèse présente différentes techniques de torture, allant des positions douloureuses aux décharges électriques dans les parties génitales en passant par la privation de sommeil, utilisées contre les personnes soupçonnées d'infractions pénales ou d'atteintes à la sécurité du pays, les dissidents et les opposants politiques, entre autres.

Dans le cadre de sa campagne, Amnistie internationale a mandaté GlobeScan pour mener une étude visant à évaluer à l'échelle mondiale les attitudes envers la torture. Il est inquiétant de constater que près de la moitié des participants à cette étude (44 %), qui vivent dans 21 pays répartis sur tous les continents, pensent qu'ils risqueraient d'être torturés s'ils étaient placés en garde à vue dans leur pays.

Une écrasante majorité de participants (82 %) estime qu'il devrait exister des lois claires contre la torture. Cependant, plus du tiers des personnes interrogées (36 %) pensent encore que le recours à la torture peut être justifié dans certaines circonstances.

« Les résultats de cette nouvelle enquête mondiale sont surprenants, près de la moitié des participants pensent qu'ils pourraient être eux-mêmes torturés. Pour la grande majorité des gens, il devrait y avoir des lois claires contre la torture, bien qu'environ un tiers des personnes interrogées pensent encore que le recours à la torture puisse parfois être justifié. De manière générale, on constate un large soutien parmi le public en faveur des actions visant à empêcher la torture », a expliqué Caroline Holme, directrice de GlobeScan.

Des mesures telles que la criminalisation de la torture dans le droit national, l'ouverture des centres de détention à des observateurs indépendants ou encore le fait de filmer les interrogatoires ont permis de faire reculer le recours à la torture dans les pays qui prennent au sérieux leurs engagements au titre de la Convention.

Amnistie internationale demande aux gouvernements d'instaurer des mécanismes de protection, tels que des examens médicaux en bonne et due forme, le droit de pouvoir consulter rapidement un avocat, des contrôles indépendants des lieux de détention, des enquêtes indépendantes et efficaces en cas d'allégations de torture, des poursuites judiciaires à l'encontre des personnes soupçonnées d'avoir commis des actes de torture et des réparations appropriées pour les victimes, afin de prévenir et sanctionner le recours à la torture.

Amnistie internationale continue d'agir à l'échelle mondiale contre la torture, mais elle va en particulier se pencher sur cinq pays dans lesquels cette pratique est monnaie courante et où elle pense pouvoir obtenir des résultats non négligeables. La campagne s'articulera autour de rapports substantiels contenant des recommandations spécifiques pour chacun de ces pays.

-    Au Mexique, le gouvernement affirme que les cas de torture sont exceptionnels mais, en réalité, il est fréquent que la police et les forces de sécurité pratiquent ce type de sévices, et ce sans être sanctionnées.
Miriam López Vargas, 31 ans, mère de quatre enfants, a été enlevée à Ensenada, où elle vit, par deux soldats en civils qui l'ont emmenée dans une caserne. Elle y a été détenue pendant une semaine, au cours de laquelle elle a été violée trois fois, asphyxiée et électrocutée. Ces actes avaient pour but de l'obliger à « avouer » qu'elle était impliquée dans des infractions liées à la législation sur les stupéfiants. Trois ans ont passé mais aucun de ses tortionnaires n'a été traduit en justice.

-    Aux Philippines, la justice est hors d'atteinte pour la plupart des victimes de torture. Un lieu de détention secret où des policiers maltraitaient des détenus « pour s'amuser » a été récemment découvert. Selon certaines informations, des policiers faisaient tourner une « roue de la torture » pour décider des sévices qui seraient infligés aux détenus. Le retentissement médiatique de cette affaire a entraîné l'ouverture d'une enquête interne et quelques policiers ont été renvoyés. Cependant, Amnistie internationale réclame une enquête impartiale et exhaustive au terme de laquelle les policiers impliqués seront traduits en justice. La plupart des actes de torture commis par la police ne sont pas signalés et les victimes continuent de souffrir en silence.

-    Au Maroc et au Sahara occidental, les autorités enquêtent rarement lorsque des cas de torture sont signalés.
Les autorités espagnoles ont extradé Ali Aarrass vers le Maroc bien qu'il ait été à craindre qu'il y soit torturé. Des agents des renseignements sont venus le chercher et l'ont emmené dans un lieu de détention secret. Là, il affirme avoir reçu des décharges électriques dans les testicules, avoir été frappé sur la plante des pieds et avoir été suspendu par les poignets des heures durant. Les policiers l'auraient obligé à « avouer » avoir aidé un groupe terroriste. Ali Aarrass a été déclaré coupable et condamné à 12 ans de prison sur la base de ces « aveux ». Aucune enquête n'a été menée sur ses allégations de torture.

-    Au Nigeria, policiers et militaires ont couramment recours à la torture. Moses Akatugba avait 16 ans lorsqu'il a été arrêté par des soldats. Il a expliqué qu'ils l'avaient battu et lui avaient tiré une balle dans la main. D'après ses déclarations, il aurait été transféré sous la garde de la police et des policiers l'auraient pendu par les bras et les jambes pendant des heures dans un poste de police. Moses Akatugba affirme avoir été contraint, sous la torture, à signer des « aveux » selon lesquels il était impliqué dans un vol. Aucune enquête n'a été menée sur ces allégations. En novembre 2013, après avoir attendu le verdict de son procès pendant huit ans, il a été condamné à mort.

-    En Ouzbékistan, la torture est très répandue mais les tortionnaires sont rarement traduits en justice. Amnistie internationale n'est pas autorisée à entrer dans ce pays. Dilorom Abdukadirova a passé cinq ans en exil après que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur une manifestation à laquelle elle participait. À son retour, elle a été arrêtée, empêchée de voir sa famille et inculpée de tentative de renversement du gouvernement. Pendant son procès, elle est apparue émaciée et elle avait des bleus sur le visage. Sa famille est persuadée qu'elle a été torturée.

« Il y a 30 ans, Amnistie internationale a mené une campagne demandant aux pays du monde entier de s'engager à combattre la torture. Cette campagne a abouti à la Convention des Nations unies contre la torture. Depuis, de nombreuses avancées ont été réalisées. Mais il est décourageant de constater aujourd'hui qu'une campagne mondiale est encore nécessaire pour faire en sorte que ces engagements soient respectés », a déclaré Salil Shetty.

 

Mis à jour le mardi, 13 mai 2014