S'informer
Communiqué 
international
Salvador

Une femme victime de mauvais traitements

La Salvadorienne « Mery » se voit refuser l'assistance juridique et les soins médicaux dont elle a besoin de toute urgence. Cette femme est victime d'un traitement cruel, inhumain et dégradant.

Au Salvador, l'avortement est considéré comme un crime en toutes circonstances. En mars 2012, « Mery », âgée de 27 ans et enceinte de huit semaines, a voulu avorter clandestinement au moyen de médicaments. Après en avoir pris, elle s'est rendue au l'hôpital car elle s'inquiétait de ressentir des effets inhabituels. Plusieurs membres du personnel l'ont dénoncée à la police, qui l'a arrêtée immédiatement. Cette femme était profondément bouleversée et paniquée. Malgré sa condition physique et mentale, elle a été menottée au brancard et placée sous surveillance policière.

La santé mentale de « Mery » était très fragile et se détériorait. Le 28 août dernier, cette femme a été déclarée coupable et condamnée à deux ans d'emprisonnement pour avoir provoqué son avortement. Le juge a insisté pour qu'elle purge sa peine en prison, l'empêchant ainsi de recevoir l'aide et le traitement psychologiques dont elle avait besoin.

Le 3 septembre, alors qu'elle se trouvait au Centre de réadaptation pour femmes à Ilopango, dans le département de San Salvador, « Mery » a essayé de se suicider en utilisant un clou rouillé pour s'ouvrir les veines. Elle a été transférée vers le service psychiatrique de l'hôpital polyclinique Arce, où elle se trouve actuellement et où elle est constamment menottée et sous surveillance. Certains gardiens l'insultent, l'appelant une « meurtrière », et l'empêchent, de même que d'autres représentants des autorités, d'obtenir une assistance juridique et un soutien psychologique. L'utilisation constante de menottes a également des effets négatifs sur la santé mentale de « Mery », dont la condition mentale et physique se dégrade.

L'affaire et le vrai nom de cette femme sont connus des autorités.

Mis à jour le jeudi, 6 juin 2013