Campagnes
Canada

Solidarité avec les femmes autochtones : Ne fermons pas les yeux

Téléchargement 
Téléchargez le matériel de campagne
Campagne terminée
Dates de la campagne 
Du 1/09/2015 au 31/12/2015

Cela fait maintenant une année que le corps de Tina Fontaine a été retrouvé, cette jeune fille autochtone objibwe de 15 ans qui avait été agressée puis noyée dans la plus grande indifférence.

Au Canada, des filles et des femmes autochtones disparaissent chaque semaine sans que cela ne fasse les gros titres dans les médias. Elles sont assassinées parce qu’elles sont autochtones.

Et le pire, c’est que nous ne savons toujours pas exactement combien d’entre elles ont disparues ou sont assassinées. Et pourtant, ces femmes et jeunes filles sont nos voisines.
Des études ont montré que ces femmes et ces jeunes filles autochtones font face à quatre fois plus de violence que les autres femmes et jeunes filles au pays. Des organisations, telles que les Nations unies, les gouvernements des provinces et des territoires ont tous bien documenté le fait que ces femmes et jeunes filles subissent de la discrimination à cause de leur identité (femme et autochtone) ET de leurs conditions de vie précaires. Elles n’ont pas les mêmes accès que les autres Canadiennes à des services (logement, éducation, sécurité, services sociaux et de santé) qui pourraient leur permettre un plein épanouissement.

Leur seule option est de quitter leur communauté pour fuir la violence et ainsi risquer de faire face à d’autres violences une fois isolées de leurs familles.

Tout comme l’organisme Femmes autochtones du Québec, Amnistie internationale réclame une enquête publique sur les disparitions de ces femmes et jeunes filles. Il est urgent de savoir combien d’entre elles ont disparues. Il faut faire en sorte que ces femmes ne soient plus invisibles et que l’on puisse se souvenir d’elles pour ainsi prévenir d’autres disparitions et assassinats.

Nous demandons également que l’on mette en place un plan d’action à l’échelle canadienne de manière à doter ces femmes de moyens adéquats pour regagner le contrôle sur leurs vies : trouver un refuge en cas de violence, aller à l’école pour obtenir une formation, trouver un travail et un logement, conserver la garde de leurs enfants, etc.

Nous avons donc besoin de vous et de votre action pour rendre justice aux femmes et filles autochtones.

Disons non à la discrimination!

Non à l’injustice!

Je signe la pétition demandant une enquête publique indépendante.

Mis à jour le vendredi, 5 février 2016